Et cætera, etc.

Etc.

À l’Est, rien de nouveau

par Sarah Weber in Mack & Wolf

Allô ! Allô, Wolf ! C’est Glandier, là, à l’appareil. Écoutez, ce serait bien que vous me rappeliez dès que vous aurez ce message… Je suis un peu embêté là. Figurez-vous que j’étais en chemin pour venir vous voir, le coffre plein de choux de bruxelle, histoire qu’on se fasse un gueuleton en arrivant, et je me suis perdu. Je ne comprends pas, j’ai suivi vos indications, mais j’écoutais une passionnante émission à la radio sur les ravages de la piéride dans nos cultures et je pense qu’à Nouvion-le-Porcin j’ai tourné à gauche et pas à droite. Alors je me suis retrouvé dans la forêt, magnifique je dois dire, un peu lugubre à la tombée du jour, mais magnifique. J’ai continué en me disant que si les Allemands l’avaient fait deux fois, j’arriverais bien à la traverser, cette foutue forêt. Et là, bien sûr, la neige commence à tomber. J’ai trouvé ça drôlement beau, romantique au début, le blanc manteau, les arbres poudrés et les flocons qui s’écrasaient sur le pare-brise. Mais au bout d’une demi-heure, ça a viré en tempête ; je ne voyais plus rien, les pneus patinaient, impossible de savoir où j’étais... D’ailleurs, c’est embêtant dans cette région : y a pas de panneaux. Sûrement à cause des Allemands, histoire de ne pas leur faciliter la tâche. Bref, au bout d’une heure j’ai aperçu de la lumière après avoir failli m’emplafonner dans une maison toute sombre. Dieu merci, c’était un village et, la lumière, c’était les gens dudit village qui répétaient le spectacle de Noël dans la salle des fêtes. Alors, il faut dire qu’ils sont très chaleureux, ils m’ont offert un horrible café, ils m’ont tout expliqué pour repartir, mais avec leur accent je ne comprends pas un traître mot (qu’est-ce qu’une « eulroute » ?) Et puis je suis à sec, plus d’essence, et mes choux vont geler dans le coffre. Alors ils m’ont dit que j’étais à Monthermé, Moriarmé, un truc dans le genre, que c’était pas loin de chez vous, mais qu’à pieds avec ce temps, c’était un peu risqué. Alors si vous pouviez me rappeler ou mieux venir me chercher, voilà qui m’arrangerait. Je vous laisse, je crois qu’ils ont fait cuire du boudin blanc aux pommes et qu’ils m’attendent pour commencer.