Et cætera, etc.

Etc.

Très porc

par Jean-Claude Faure in Mack & Wolf

Le Tréport, le 18 juin 2015

Mon très cher ami,

Depuis samedi tantôt, je profite de quelques jours de RTT bien mérités dans cette belle bourgade du Tréport. Pour tout vous dire, je passe mon temps sur cette magnifique plage de galets, au milieu des familles ’groseille’, au demeurant fort sympathiques, des grands mères à pékimois, des vieux à casquettes et de jeunes garçons, qui après la sortie du collège, viennent glousser autour des filles qui bien sûr ne demandent que ça. La dégustation de maquereaux au vin blanc, moules à la marinière, coques à la crème, et autres petites pêches locales, le tout arrosé de picon-bières et de vin blanc venant compléter ces moments de pur bonheur.

Mais voilà, je crains que ces quarante sept jours de RTT, dont je pensais profiter avant de prendre mes vacances d’été, ne tournent court. En effet, j’ai reçu hier soir un appel du commissaire Pissedrusque, qui officie au 36 quai des orfèvres (je ne peux vous donner le nom de la ville par mesure de sécurité), un génie de l’enquête que j’ai connu au début de ma carrière lorsque j’officiais à Lyon. Nous avions créé à l’époque une association pour le reclassement des anciennes prostitués dans des fermes du massif central. Ces braves filles, qui avaient passé la trentaine, étaient nourries, logées et avaient en charge l’éducation sexuelle du fiston après les différents travaux de plein air que l’on peut exercer dans une ferme. Le papa pouvant bien sûr profiter de quelques cours de remise à niveaux de la part de ces petites privilégiées.

Je reviens à cette conversation téléphonique avec Pissedrusque. Je dois vous dire qu’à l’occasion du pot de départ du commissaire Ricaralo, autre pointure du 36 QDO (muté en Corse après un imbroglio dans l’affaire du suicide des douze homosexuels gabonais), j’ai du, après l’absorption de mon quarante deuxième pastis (et oui Ricaralo n’aime que le pastis), me confier sur les problèmes de mon fils Antonin, donc la Boubakar, les Pailleron, l’agence Wolf & Mickmack, et je dois vous dire que cette Mickmack est dans le colimateur des experts du 36, experts qui s’apprêtaient à dépêcher sur Epernay un bataillon de spécialistes en tout genre.

Je vous rassure, mon cher Wolf, j’ai réussi à convaincre Pissedrusque de me confier l’affaire. Il est vrai que votre Mickmack est plus connue dans le monde de la Police pour se déhancher dans les couloirs des Carlton du nord de la France que de cirer les parquets et lambris des salles à manger des hôtels Logis de France labellisés deux cheminées dans les coins les plus reculés du Poitou. Je pense vous en dire un peu plus lors de mon retour sur Épernay. Le devoir, mon attachement pour l’enquête rondement menée et mon amitié envers vous m’obligent à écourter mon repos pourtant bien mérité.

À bientôt cher Wolf.